[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re:

Message par Ktulu le Mar 15 Juil 2008 - 18:56

Darken_Face a écrit:
@MedievalCraft a écrit:Qui a répondu la dernière ?!!

Pour ma part, j'apprécie beaucoup ses pamphlets qui sont écrits vraiment de manière tellement directs, mais avec une subtilité tout à fait célienne !


ce n'est pas moi... :mrgreen:


Nan c'est moi ! :mrgreen:



Désolé mais les pamphlets de Céline je peux pas quant à son style littéraire il ne me touche pas non plus...

Mais si un volontaire veux essayer de me faire changer d'avis je suis ouvert à toute discussion. :innocent:

Ceci dit là dernière fois que j'ai lu Céline j'étais au bahut alors...
Ktulu
Ktulu
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 2027
Date d'inscription : 08/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Mer 16 Juil 2008 - 10:20

Je suis en train de lire le Dictionnaire Céline de Philippe ALMERAS, gros pavé de près de 900 pages.



http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/8/3/9782259200387.jpg" alt="" />



C'est une vrai mine d'informations (j'ai par exemple appris que CELINE avait habité quelques temps dans un meublé se situant dans ma propre rue !!) mais je suis tout de même assez déçu pour différentes raisons :



- tout d'abord, il y a pas mal d'entrées qui ne méritaient peut-être pas de figurer dans un Dictionnaire consacré à Céline, et inversement, d'autres entrées qui manquent ;
par exemple, il y a une entrée Frédéric BEIGBEDER (on se demande bien pourquoi...) alors qu'aucune entrée n'est consacrée aux deux grands céliniens que sont Marc LAUDELOUT et Emile BRAMI ;
et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres...



- ensuite, le texte est souvent rédigé de manière assez confuse ;
il m'est arrivé plusieurs fois de ne pas savoir de quoi Alméras parlait, ou de ne pas comprendre ce qu'il voulait dire.



- enfin, l'écriture en elle-même est souvent assez moyenne ;
Alméras alterne ainsi entre des propositions sans verbe (comme il est d'usage pour un dictionnaire qui ne donnerait que des définitions) et de véritables phrases... j'avoue que j'aurais préféré un style moins haché, avec de vrais textes rédigés et non ces propositions qui parfois se suivent, sans véritable cohérence stylistique.



Ces défauts mis à part, on apprend évidemment beaucoup de choses, notamment sur tous les personnages qu'a rencontrés CELINE ;
en effet, une bonne partie des entrées est consacrée à des personnages ayant un lien avec CELINE.



Bref, ce n'est pas l'ouvrage ultime sur CELINE, mais sa lecture, si ce n'est intégrale, au moins partielle, est conseillée.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Mer 23 Juil 2008 - 9:54

Une critique de Bagatelles pour un massacre, par Charles PLISNIER, publiée en 1938, dans L'indépendance belge :


Je m'honore d'avoir été un de ceux qui, lorsque parut, voici quelques années, le Voyage au bout de la nuit, furent les premiers à dire l'exceptionnelle grandeur, la magique beauté de cette œuvre insolite. Le génie sombre et violent de Louis-Ferdinand Céline sillonnait ce livre qui faisait penser au cheminement d'un fleuve de mercure et de poix. Désespoir absolu, subversion absolue, mépris absolu de ce qui se fait, de ce qui se dit, de ce qui se croit. À en crier de gêne, de souffrance. Mais le sentiment d'une authenticité totale. Depuis, je l'avoue, j'ai douté. Quand parut L'Église, j'ai écrit que c'était un livre manqué. Mort à crédit me déçut ;
l'intolérable ne se tolère qu'au-delà d'une certaine hauteur ;
j'évitai de parler de ce roman, estimant que le rôle du critique n'est point de chercher querelle au créateur qui compte, mais de le faire aimer. Je n'eus plus le goût de lire Mea culpa. Voici Bagatelles pour un massacre. Je l'ouvris, non sans appréhension. L'ayant ouvert, je le lus. Le lisant, il m'emporta.



Que de tumulte autour de ce livre ! Articles, débats, disputes : quel concert et quelles discordances ! Quels éloges délirants et quelles fureurs haineuses ! Comment élever sa voix dans ce chaos ? Et soi-même, sera-t-on sûr de garder la tête froide, d'échapper à tout mouvement sentimental, à tout parti pris ? C'est que ce lourd écrit n'est point un écrit seulement, mais un acte. Il ne relève point de l'art seulement, mais de la vie. Il ne prétend point seulement à remuer en l'homme les puissances obscures de la poésie, mais puissances plus obscures encore de l'appétit, de la haine – et du meurtre. Il n'est pas facile de parler avec calme et sérénité d'une œuvre qui est toute violence et toute passion. Je vais essayer.



Et, tout d'abord, un premier point : Bagatelles pour un massacre est un pamphlet. Sur le plan littéraire où je dois avant tout de me placer ici, c'est ainsi qu'il le faut d'abord considérer. Quelqu'un me disait, il y a quelques jours : " Qui sait encore contre quoi était dirigée la Satire Ménippée ? " Il est vrai. Et la Satire Ménipée continue de durer, alors que la Ligue de 1593 est devenue un souvenir scolaire. Ceux qui lisent Pétrone et ce qui reste du Satyricon, se sentent profondément étrangers à cette folie impériale qui fut son aliment et sa raison d'être. Et pour moi, à qui les Provinciales de Pascal demeurent un modèle inégalable de rigueur dialectique et de perfection formelle, l'Augustinisme est demeuré à peu près un mystère. On ne peut parler de Bagatelles pour un massacre, sans situer ce livre dans l'histoire littéraire. C'est-à-dire qu'on ne le peut sainement et loyalement juger sans faire, d'abord, abstraction du sens qu'il porte et de la passion partisane dont il est une manifestation. Eh ! bien, vue ainsi – purement et simplement sous l'angle littéraire – Bagatelles pour un massacre est un chef-d'œuvre de la plus haute classe. Un chef-d'œuvre et un tour de force.



Nos professeurs de littérature avaient coutume de nous dire : " Le bon pamphlet est court ". Et sans doute avaient-ils raison. Rien de plus lassant que la violence verbale, l'imagination satirique, l'injure et l'invective. Et c'est un fait qu'un pamphlet trop long ne se lit pas jusqu'au bout et perd son efficace. Que celui-ci, avec ses trois cent soixante-quinze pages massives, se fasse lire, témoigne d'une puissance créatrice exceptionnelle, d'un souffle prodigieux. Et qu'on ne dise pas que Céline s'est donné des facilités outrageantes ;
qu'il est facile de tenir le coup, ainsi qu'il l'a fait, quand on n'écrit pas ;
que sa langue n'a rien à voir avec le français ;
que c'est l'argot et non le génie qui lui donne la plupart de ses effets verbaux ;
car ce serait exactement prendre le problème à l'envers. En ce qui me concerne, je crois que la langue la meilleure, dans la prose, est celle qui se fait oublier, et j'ai à surmonter une certaine répugnance et à vaincre pas mal de difficultés, pour " encaisser " pendant des heures ce style de faubourg, ce vocabulaire de bas-fonds. Mais je constate que Céline m'impose cet effort. Et si j'analyse, après coup, sa syntaxe, sa terminologie, ses sonorités, je constate qu'elles créent justement cette incantation, par laquelle le lecteur est mis en état de moindre résistance devant son entreprise. Écrit dans un français traditionnel et correct, le pamphlet de Céline perdrait une grande partie de sa vertu.



Et sans doute, c'est un lyrisme de stercoraire, que celui-là. Et il y a quelque chose de pathologique dans le goût de ce créateur pour le veule, le bas, le grossier, la saleté et l'ordure. Pornographie ? Non. Scatologie. Mais n'est-ce pas, cela, la forme la plus tragique, la plus douloureuse que prend le désespoir d'un homme qui, né dans la misère et toujours blessé, a beaucoup rêvé et, sans cesse, a dû confronter son rêve aux réalités les plus immondes ?

Faut-il justifier un créateur d'être ce qu'il est ? Rien de gratuit dans une œuvre. L'obsession scatologique de Céline rend compte de sa tragédie intérieure, mieux, peut-être, que ses visions et ses démonstrations. Pages de gadoue, pleines de cris déchirants et de fulgurances, rien ne fera qu'elles n'existent dans la Littérature de l'Occident comme existent le Satyricon de Pétrone, les Pantagruel et les Gargantua.



Parlant de Céline écrivain, je me suis gardé de faire allusion au sens même de son livre, à sa manière de penser le monde et de le montrer. On sait déjà que Bagatelles pour un massacre est, de bout en bout, un pamphlet antisémite ;
exaltation du racisme, appel au progrom. " Mon père est flamand, ma mère est bretonne... Elle s'appelle Guillou, lui Destouches... " Ainsi, dans les premières pages de son livre, Céline éprouve le besoin de se donner un brevet de pur Aryen.



Nous serions quelques-uns, tout de même, à pouvoir faire comme lui. Le signataire de ces lignes, par exemple, dirait : " Mon père s'appelait Plisnier ;
ma mère, Bastien ;
mes aïeuls s'appelaient Plisnier et Bernard, Bastien et Delcroix ;
et ainsi de suite, en remontant le passé à travers cent générations de terriens, attaché à leur glèbe wallonne et picarde ". Et après ? Mais de cela, faut-il se prévaloir ? À quelles fins ? Et pourquoi ? Si je vois dans les Juifs une tare douloureuse, n'est-ce point cette passion raciste qui les habite depuis des siècles et des siècles ? À ce racisme, faut-il opposer le nôtre ? Et le sang de tous nos aïeux chrétiens ne crie-t-il point en nous que tous les hommes appartiennent à l'Homme ;
que le Fils de l'Homme a souffert la Passion pour tous les hommes ? Si dans le mystère opaque où nous allons, livrés à toutes les sollicitations, à toutes les tentations de l'orgueil et de la haine, nous demandons un ordre à notre sang, c'est cet ordre-là que nous entendons – celui-là et pas un autre : " Il faut aimer ton prochain comme toi-même ". Et ton prochain, c'était nous, les Gentils ;
et notre prochain demeure notre prochain, même si sa peau est rouge, brune, jaune ou noire.



C'est ainsi que le livre de Louis-Ferdinand Céline offense ce qu'il y a en nous, hommes de l'Occident celtique et latin, fils de chrétiens, petits-fils, arrières-petits-fils de cent générations de chrétiens, de meilleur et de plus sacré – ce sens de l'homme universel, du frère-homme que nous devrions sauver même au risque de périr. Périr peut être encore une manière de se sauver.

Je crois que ceux qui ont combattu l'œuvre et la pensée de Céline se sont égarés trop souvent dans de misérables détails. Fausse science de seconde main, oui. Documents apocryphes, faux périmés, oui. Statistiques truquées, sophisme, démagogie, appel systématique aux passions les plus basses, oui, oui. À-peu-près marqués d'une telle passion partisane qu'ils évoquent irrésistiblement la sottise et la démence, oui. Mais que, dans son imagination et dans son pamphlet, tous ceux qui ne pensent pas comme lui sur les Juifs, qui n'épousent pas sa rage provocatrice et meurtrière – dans le passé, le présent et l'avenir – soient des Juifs ;
que Montaigne, Racine, Stendhal, que tous les Rois de France, que le Pape soient des Juifs partout pour assouvir son besoin de salissement et d'invective ;
non, ce n'est pas cela qui est important.

Ce qui est important, c'est que dans sa conception, dans son élaboration, dans sa forme, ce livre est un signe alarmant de régression spirituelle.



Je ne suis point de ceux qui croient au Progrès indéfini, avec un grand P. Mais justement, à travers les flux et les reflux, les poussées et les ressacs de l'histoire, je pense qu'il y a des conceptions auxquelles une fois qu'elles les ont atteintes, les élites ne peuvent plus renoncer sans trahir. L'une de ces conceptions est la conception évangélique de l'Homme. Solidarité des hommes au milieu des peines de la terre, unité de l'Humanité : contre cette conception, ceux que nous nommons les Juifs se sont dressés dans l'histoire ;
les Germains du centre de l'Europe – Aryens, peut-être cent pour cent, mais païens cent pour cent aussi – prétendent se dresser aujourd'hui. C'est notre rôle à nous de la défendre, de la maintenir et de la sauver.



"User, lasser bien des patiences ;
ça vient pas tout seul un pogrom !... C'est un grand succès dans son genre, un pogrom, une éclosion de quelque chose... "

Eh ! bien, je dis tristement que de telles paroles sont immondes et que même s'il est un génie fulgurant, elles déshonorent l'homme qui les a écrites. Que ceux qui voudront mesurer l'aberration d'une âme égarée, qui se renie en reniant les siens, lisent Bagatelles pour un massacre, livre très beau et très malfaisant."



Charles Plisnier, L'Indépendance belge, 19 mars 1938.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Mer 23 Juil 2008 - 10:04

J'ai voté la première proposition, bien que je ne connaisse de lui que son chef d'oeuvre, "Voyage au bout de la nuit".

Cela doit faire plus de 15 ans que j'ai lu ce livre, et pourtant je me rappelle de passages comme si je venais de le fermer : sur le paquebot avec tout l'équipage devenu parano qui veut le foutre à la baille, ou dans une case en Afrique écrasé par la fièvre avec tous ces noirs qui "viennent lui offrir leur inutilité" :-D



Moi, mon romancier préféré, c'est Marcel Proust avec sa "A la recherche du temps perdu", mais dans mon coeur, je place ce bouquin de Céline pas loin derrière.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Sam 2 Aoû 2008 - 11:56

Céline à propos de son antisémitisme, dans une lettre à Albert PARAZ, de 1948 :


Les Fritz n'ont jamais été pro-aryens, seulement antisémites, ce qui est absolument idiot.



J'en voulais à certains clans juifs de nous lancer dans une guerre perdue d'avance. Je n'ai jamais désiré la mort du Juif ou des Juifs. Je voulais simplement qu'ils freinent leur hystérie et ne nous poussent pas à l'abattoir.



L'hystérie est le vice du Juif, mais au moins il est une idée, une passion messianique, leur excuse.



L'Aryen c'est une tirelire et une panse. Et une légion d'honneur."
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Sam 2 Aoû 2008 - 13:58

Son antisémitisme n'a pas de légitimité, de but, à mon avis. C'est une haine qu'il tient de son père, de son époque etc... comme tu le sais Nepenthes, il était en rade quand il s'est mit à brosser des pamphlets (ce qui était pour sûr dans ses cordes), et leurs succès l'a galvanisé (85 000 Bagatelles écoulés). Qu'il ai prétendu mettre sa haine au service d'un... humanisme patriotique, c'est éventuellement une des raisons possible de l'existence de ces écrits, mais il faut aussi voir l'homme sali essayant de se justifier, devant quelque chose de justement très difficilement justifiable.



Je ne sais pas pourquoi tu as posté ce billet Nepenthes, donc ma réaction est peut-être obsolète, enfin du moins elle ne prétend pas répondre à tes propres convictions (peut-être as tu d'autres idées sur son antisémitisme), c'est juste mon avis sur la question ;
)
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Sam 2 Aoû 2008 - 16:31

Je n'ai pas trop le temps de développer.



Mais je ne prenais nullement position en postant cet extrait de lettre.



Je crois que la question de l'antisémitisme de Céline est une question à laquelle il est quasiment impossible de répondre de manière catégorique ;
c'était donc juste pour apporter un élément, mais rien de plus, et surtout rien de particulièrement crédible.



Il faut bien être conscient qu'il est nécessaire de prendre tous les propos de Céline avec beaucoup de recul, car on ne sait jamais à quel point c'est de la provocation, de la comédie, de la justification, de l'humour, de l'ironie, etc...



Cela est donc vrai également pour cet extrait de lettre ;
je ne le prends nullement pour argent comptant, mais je le trouvais instructif car Céline a quasiment toujours justifié son antisémitisme de cette manière là ;
que ce soit vrai ou non n'a donc pas d'importance, mais on ne peut passer à côté de cette explication.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Jeu 7 Aoû 2008 - 7:57

Petit pélerinage en Célinie hier à Meudon.



Un petit tour devant la maison de Céline où vit toujours sa veuve, Lucette Destouches... portail grand ouvert, on aurait pu rentrer mais je n'ai quand même pas osé...



Et puis après, on a fait un tour au cimetière pour voir sa tombe...

On était quatre, on ne savait pas du tout où était sa tombe, et c'est moi qui l'ai trouvée alors j'étais content :cool:

Ce que je savais pas, c'est qu'un bateau était gravé sur sa pierre tombale... Céline aimait beaucoup les ports (et donc les bateaux) mais j'ignorais ce détail sur sa tombe.

On peut remarquer aussi une très discrète petite croix, alors qu'il n'était nullement croyant... Peut-être est-ce Lucette qui a souhaité avoir une croix... en effet, elle sera enterrée au même endroit ;
d'ailleurs, il y a déjà son nom sur la tombe, sa date de naissance, et les deux premiers chiffres de sa date de décès.

Sauf qu'en 1961, ils avaient estimé qu'elle mourrait avant l'an 2000, ce qui fait que ces deux premiers chiffres sont 19.. !
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par HaßWeG le Jeu 7 Aoû 2008 - 10:06

d'ailleurs, il y a déjà son nom sur la tombe, sa date de naissance, et les deux premiers chiffres de sa date de décès.

Sauf qu'en 1961, ils avaient estimé qu'elle mourrait avant l'an 2000, ce qui fait que ces deux premiers chiffres sont 19.. !


Elle est bien bonne celle-là! Le ridicule ne tue pas heureusement.

Qui a pu faire une énormité pareille? Celine, Sa veuve ou le marbrier?
HaßWeG
HaßWeG
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 3451
Date d'inscription : 08/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Dim 7 Sep 2008 - 15:10

Nouvelle émission consacrée à CELINE sur Radio Courtoisie, le 22 octobre, à l'occasion de la parution de deux ouvrages qui lui sont consacrés.



Cette émission ne durera qu'1h30, et non 3h, comme la précédente.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par HaßWeG le Dim 7 Sep 2008 - 15:41

@Nepenthes a écrit:Nouvelle émission consacrée à CELINE sur Radio Courtoisie, le 22 octobre, à l'occasion de la parution de deux ouvrages qui lui sont consacrés.



Cette émission ne durera qu'1h30, et non 3h, comme la précédente.


Mrd, moi qui étais tout content d'annoncer la bonne nouvelle, tu m'as devancé. :?
HaßWeG
HaßWeG
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 3451
Date d'inscription : 08/01/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Jeu 11 Sep 2008 - 11:24

Quelques détails sur l'émission du 22 octobre :


David Alliot et François Marchetti présenteront un album iconographique Céline au Danemark 1945-1951 (éd. du Rocher) qui paraîtra début octobre, à l'image du Céline à Meudon paru il y a peu. Céline au Danemark regroupe les images intimes de cette période danoise (1940-1951), montrant l'écrivain dans l'intimité avec sa femme et ses animaux à Korsör ou à Copenhague. Environ 40 photos, principalement issues des fonds d’agence, mais aussi des documents rares ou inédits (une dizaine en possession de David Alliot) émanant de collection privées (Éric Mazet et François Gibault), ainsi que des photographies publiées dans la presse de l’époque. En miroir, des témoignages de Danois (dont un inédit) ayant fréquenté l’écrivain pendant cette période.



Marc Laudelout présentera un livre du professeur Frank-Rutger Hausmann sur "Karl Epting et L.-F. Céline" aux éditions du Bulletin Célinien. Grand admirateur de Céline, Karl Epting dirigeait l'Institut allemand sous l'Occupation.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Ven 26 Sep 2008 - 17:11

L'ostracisation de CELINE n'est pas une nouveauté, mais alors là, on atteint quand même des sommets de ridicule


Le Billet du jour

Céline exclu des chiottes de Malraux

Par Grégoire Leménager





C'est décidément le mot à la mode: censure par ici, censure par là. Il a resurgi le week-end dernier lors de l'ouverture, à Strasbourg, d'une grande médiathèque. Elle porte le nom d'André Malraux (ce qui marque déjà une assez audacieuse originalité), mais d'autres écrivains y sont à l'honneur, grâce aux citations qui ornent ses murs et le sol de ses couloirs. On aperçoit notamment ceux de Michel Butor, Peter Handke ou Antonin Artaud.







Celui de Louis-Ferdinand Céline, en revanche, aurait été effacé juste avant l'inauguration de la porte des toilettes pour «messieurs», où les graphistes du cabinet Ruedi Baur l'avaient prudemment confiné. La phrase incriminée n'était pourtant pas extraite de «Bagatelles pour un massacre», mais de «Rigodon»;
et avait bien le mérite d'ajouter la signalétique à l'artistique, si l'on en juge d'après cet extrait:





«Je vous laisse en plan et mes comics... Vite, mes oignons, que je vous retrouve! Par ici, Mesdames et MESSIEURS... Encore deux mille pages au moins!»





Dans les «Dernières Nouvelles d'Alsace», l'enquête s'est transformée cette semaine en un feuilleton, qui a permis de mettre au jour le rôle du maire de Strasbourg lui-même: Roland Ries, agrégé de lettres, aurait «fait procéder à la suppression de la citation» à la demande du sociologue Freddy Raphaël, ancien doyen de la faculté des sciences sociales. Motif: «ce n'est pas le moment de réveiller de vieux démons», a fini par expliquer le maire. Déjà qu'il avait le tort d'être socialiste. Autant vous dire que sur le blog des hussards de la droite strasbourgeoise (sic), on se déchaîne.





G.L.


Source





Pierre ASSOULINE en parle également sur son blog :


26 septembre 2008

Aux chiottes, Céline ? Même pas…

Céline pose autant de problème mort que vivant. Vendredi dernier, alors qu’était inaugurée la nouvelle médiathèque André Malraux à Strasbourg, les visiteurs pouvaient remarquer l’originalité de la signalétique : des phrases d’écrivains écrites un peu partout sur les murs et sur les sols, mais choisies dans la mesure où elles faisaient ressortir un mot-clé. L’idée en revenait au designer suisse Ruedi Baur, qui avait déjà été chargé de la signalisation visuelle du Parc de Chambord, du Centre Pompidou, de la Cité internationale de Lyon notamment. Toutefois, l’une brillait par son absence. Une citation de Céline extraite de Rigodon (1969) et retrouvée par Denis Tricard des Dernières nouvelles d’Alsace. Assez anodine, et pas très claire, mais qui avait l’avantage de faire ressortir le mot “Messieurs” :



“Je vous laisse en plan et mes comics… Vite, mes oignons, que je vous retrouve ! Par ici, Mesdames et MESSIEURS… Encore deux mille pages au moins !”



Le fait est que quelques jours avant, apprenant sa présence au rez-de-chaussée sur la porte des toilettes des hommes, le sociologue Freddy Raphaël, ancien doyen de la faculté de sciences sociales, alerta le maire Roland Ries, lequel s’empressa de la faire effacer. Céline peut bien figurer dans les dictionnaires, dans la collection de la Pléiade, dans les manuels de littérature, et ses propres livres être en vente dans toutes les librairies de la ville, mais pas entre les plus grands écrivains sur la porte des toilettes de la médiathèque André Malraux. On en est là ! En 2008 !



Il y a un an et demi, Céline avait déjà posé un problème du même type,. Il s’agissait cette fois d’apposer une simple plaque commémorative sur la facade d’une maison d’une quartier de Genève, rappelant qu’il avait vécu là dans les années 20. Or après la révélation de ce projet par Le Monde2 puis la République des livres, une lettre anonyme adressée au propriétaire de l’appartement le fit renoncer provisoirement à honorer la mémoire de l’écrivain.



Reste à savoir si les amis de Céline vont protester au motif qu’on l’avait confiné dans des lieux d’aisance où nombre de ses pourfendeurs ont toujours voué son oeuvre.




Source
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Lun 29 Sep 2008 - 10:12

Je viens de recevoir de chez TEXTUEL le coffret "Un autre Céline", qui vient tout juste de sortir :



http://ecx.images-amazon.com/images/I/51OilIBglcL._SS500_.jpg" alt="" />


Présentation de l'éditeur a écrit:
Styliste génial, inventeur incontesté d’une certaine modernité romanesque, Louis-Ferdinand Céline est aussi, dans les mémoires, un antisémite forcené et un pessimiste fondamental. Célèbre pour sa cruauté pamphlétaire et la noirceur de sa vision du monde, son œuvre est pourtant également marquée par l’enthousiasme, l’élan vital, ou par une mélancolie heureuse. Ce coffret renouvelle ainsi la vision de l’homme et de l’écrivain et met l’accent sur des aspects méconnus de son inspiration.



De la fureur à la féerie



Le premier volume, richement illustré, envisage sous forme thématique les grandes lignes de force de l’imaginaire célinien. Pâris et sa banlieue, la mer, les fleuves et les ports sont dans son œuvre, plus que des décors, de véritables sources d’inspiration où l’écriture puise un souffle lyrique. Céline est aussi un passionné de la danse et des danseuses ;
son amour de la musique, de la scène et de la peinture offre un contrepoint à sa violence.





Deux cahiers de prison



Le deuxième volume présente deux cahiers de prison écrit par Céline en 1946 et ses lettres à une pianiste avec qui il eut une brève liaison. Reproduits, transcrits et commentés, ces manuscrits, montrés pour la première fois, offrent au lecteur une vision unique sur l'intimité de l’écrivain, où la remémoration brute et les préoccupations quotidiennes se mêlent à l’élaboration littéraire.





L'auteur



Docteur ès lettres, Henri Godard est professeur émérite de l’Université de Paris-Sorbonne, après avoir enseigné la littérature française du XXe siècle aux universités de Paris VII-Denis Diderot, ainsi qu’à Harvard et à Stanford aux États-Unis. Il a réalisé dans la Bibliothèque de la Pléiade l’édition des romans de Louis-Ferdinand Céline et est l’auteur d’essais sur Malraux, Queneau, Giono et Guilloux.




J'en ferai une chronique pour Papercuts (puisque c'est un envoi pour chronique que m'a fait Textuel).
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Mar 11 Nov 2008 - 21:47

On aime ou on n'aime pas Céline.

Par contre, ce dont j'ai horreur, ceux sont les personnes qui ne peuvent s'empêcher de séparer le Céline du Voyage et le Céline du Bagatelle. Comme si c'était un crime d'apprécier un auteur qui a mal tourné, alors même qu'on embrasse aucunement ses convictions. Souvent, à propos de Céline, dans les médias, on se sent obligé de l'aseptiser de tout ce qui est incompatible avec les grandes et belles lignes toutes droites et bien propres qu'il faut suivre et qu'on nous oblige à suivre aussi !

Ridicule.

C'est Philippe Muray qui a bien expliqué le fait que le Céline antisémite, collabo, pacifiste aussi, était indétachable du Céline romancier. Comme il le dit, personne ne force personne à lire Céline et à l'apprécier. Et l'apprécier ne fait de personne un antisémite...



http://louisferdinandceline.free.fr/indexthe/opprobr/muray.htm



Ceci dit, j'ai trouvé plus facile à lire Bagatelle pour un massacre que le Voyage, que je n'ai toujours pas fini. Céline a un style que je trouve très cru, limite parfois, mais il a ce don qu'ont les grands auteurs d'être capable d'exprimer en peu de mots ce qu'ils pensent, de trouver les mots qu'il faut, sans tourner autour du pot avec des lignes et des lignes de blabla inutiles, pour décrire, et balloter le lecteur où il veut, quand il veut. Rien que pour ça, je le range directement parmi le top du top des écrivains du XXème siècle.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Ven 12 Déc 2008 - 20:00

Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Sam 3 Jan 2009 - 18:16

J'ai reçu comme cadeaux de Noël les deux pamphlets non réédités qui me manquaient :



http://louisferdinandceline.free.fr/pamphlet/ecole/ecoleeo.jpg" alt="" />



http://louisferdinandceline.free.fr/pamphlet/draps/drapeo.jpg" alt="" />



Autant dire que je suis un célinien comblé :love:
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Dim 4 Jan 2009 - 0:58

Je ne pense pas que Céline était le plus grand écrivain du XXème siècle, mais il est clair qu'il serait bien dommage de ne pas le lire. Personellement j'ai lu Mort à Crédit, Nord et les Écrits de Guerre (recueil de correspondances de Céline durant la 2ème guerre mondiale). J'avais aussi commencé Bagatelles Pour Un Massacre en PDF, mais je n'ai pas été jusqu'au bout du livre parce que c'est trop fastidieux de lire à l'écran d'ordinateur. J'achèterais sûrement un des ces quatres les pamphlets et le reste de ses livres que je lirais sans aucun doute avec grand plaisir. A noter que Céline était ce que j'appelle un antisémite intégral, c'est à dire qu'il vomissait les juifs mais aussi le christianisme et autres systèmes de pensée d'inspiration sémite. C'est pourquoi ses pamphlets on même été interdits par les Allemands durant la 2ème guerre mondiale. Cétait un vrai rebelle: seul contre tous.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Dim 4 Jan 2009 - 1:00

"L'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches."

Céline



Génial! :mrgreen:
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Ven 16 Jan 2009 - 22:39

Dans l'actualité bibliographique, toujours très riche, autour de Céline :



David ALLIOT - Céline au Danemark



http://www.editionsdurocher.fr/Images/ouvrages/large/1359.jpg" alt="" />



Présentation de l'éditeur :


En 1945, après un voyage épique, Céline se réfugie au Danemark, espérant échapper à la justice française qui le réclame. Après deux ans de prison, libéré sur parole, il s’installe sur les bords de la Baltique, dans la résidence mise à la disposition par son avocat Thorval Mikkelsen.

Céline au Danemark regroupe les images intimes de cette période, montrant l'écrivain dans l'intimité avec sa femme et ses animaux à Korsör ou à Copenhague. Céline est à un tournant de sa vie. Exilé dans un pays qu’il ne connaît pas bien et dont il ne parle pas la langue, il se démène pour qu’on ne l’oublie pas, poursuit la rédaction de son œuvre et se bat pour obtenir l’amnistie qui lui permettra de rentrer en France. Pour la première fois, un album réunit toutes ces images.

Céline au Danemark, majoritairement composé d’iconographie, comprendra environ 40 photos, principalement issues des fonds d’agence, mais aussi des documents rares ou inédits (une dizaine en possession de David Alliot) émanant de collection privées (Éric Mazet et François Gibault), ainsi que des photographies publiées dans la presse de l’époque. En miroir, des témoignages de Danois (dont un inédit) ayant fréquenté l’écrivain pendant cette période.




Et un ouvrage qui s'annonce un ouvrage de référence pour tout célinien qui se respecte :



Gaël RICHARD - Dictionnaire des personnages, des noms de personnes, figures et référents culturels dans l'oeuvre romanesque de Céline



2000 entrées, 563 pages, une centaine d'illustrations.



Evidemment, c'est particulièrement intéressant puisque l'oeuvre entière de Céline est ancrée dans le réel, mais un réel qu'il modifie à sa convenance...

Un tel dictionnaire permettra donc de replacer l'ensemble de l'oeuvre de Céline dans son contexte biographique et historique, de manière relativement aisée pour celui qui n'a pas le temps de passer des heures à chercher à qui fait bien référence Céline en parlant d'untel ou untel...
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Dim 1 Mar 2009 - 21:14

Je vous parlais juste au-dessus du Dictionnaire de Gaël RICHARD qui vient tout juste de sortir.



https://redcdn.net/ihimizer/img518/7179/celinexn7.jpg" alt="" />



En voilà la critique sur Papercuts :



Gaël RICHARD - Dictionnaire des personnages dans l'oeuvre romanesque de CELINE
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Dim 7 Juin 2009 - 10:02

@Nepenthes a écrit:J'ai reçu comme cadeaux de Noël les deux pamphlets non réédités qui me manquaient :



http://louisferdinandceline.free.fr/pamphlet/ecole/ecoleeo.jpg" alt="" />



http://louisferdinandceline.free.fr/pamphlet/draps/drapeo.jpg" alt="" />



Autant dire que je suis un célinien comblé :love:


C'est ses deux ouvrages les plus antisémites non ?
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Lun 8 Juin 2009 - 9:45

Sigurd a écrit:C'est ses deux ouvrages les plus antisémites non ?


Avec Bagatelles pour un massacre, oui.

Ce sont ces trois pamphlets qui ont fait de Céline un écrivain maudit, car finalement, c'est quasiment la seule chose qu'on peut lui reprocher au niveau "collaboration" avec les Allemands (je mets le terme "collaboration" entre guillemets, car Céline n'a en réalité jamais "collaboré", avec personne d'ailleurs...).

En fait de collaboration, ce qui peut lui être reproché est une certaine "communauté d'idées", sur certains sujets, avec les Allemands. Mais ça ne va pas plus loin.



A noter que ces pamphlets ne sont pas réédités officiellement puisque Céline, de son vivant, s'est toujours opposé à leur réédition et que sa veuve, Lucette Destouches, toujours en vie, maintient cette volonté.

Cependant, il y a une maison d'édition, basée en Amérique du Sud, les Editions de la Reconquête, qui ont entrepris de resssortir ces pamphlets. Ont ainsi été rééditions me semble-t-il au moins Bagatelles pour un massacre et Les beaux draps.

Mais ces rééditions sont vendues tellement chères, qu'il vaut mieux mettre quelques dizaines d'euros de plus et avoir l'édition d'origine.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par  le Lun 8 Juin 2009 - 12:24

Ca tourne autour du combien d'euros environ ? Par simple curiosité.



Terribles ces américains du sud, toujours prêts à nous planquer des nazis ou à ressortir des Céline antisémites de derrière les fagots !
avatar


Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Nepenthes le Lun 8 Juin 2009 - 13:02

Sigurd a écrit:Ca tourne autour du combien d'euros environ ? Par simple curiosité.



Terribles ces américains du sud, toujours prêts à nous planquer des nazis ou à ressortir des Céline antisémites de derrière les fagots !


Pour Les Beaux draps et L'Ecole des cadavres, il faut compter aux alentours de 100-120 euros chacun pour des exemplaires en bon état, mais après, cela dépend des éditions et de l'état.

Pour Bagatelles pour un massacre, il faut compter un peu plus, entre 150 et 180 euros, mais ça peut évidemment monter beaucoup plus haut si c'est une première édition.



Si ce sont des envois, ça atteint des sommets.



Je me souviens avoir vu un exemplaire de Mort à crédit à plus de 1000 euros...



Quant à la maison d'éditions, en fait, ce n'est pas une maison d'éditions sud-américaine, mais une maison d'éditions française (me semble-t-il) "exilée" en Amérique du Sud.
Nepenthes
Nepenthes
PostChrétien
PostChrétien

Messages : 4487
Date d'inscription : 20/02/2007

Revenir en haut Aller en bas

[Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre. - Page 4 Empty Re: [Auteur] CELINE - Sa vie. Son oeuvre.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum