POSTCHRIST
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Edvard Munch

Aller en bas

Edvard Munch Empty Edvard Munch

Message par DreamSquare le Ven 25 Aoû 2006 - 12:14

J'en appele aux linguistes norvégiens. Il me semble que sur le tableau "Le Cri" de Munch il y ai une sorte d'inscription qui dit quelque chose du genre : "ce tableau ne peut avoir été peint que par un fou".



Vous connaitriez pas la citation d'origine ?
avatar
DreamSquare
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 4568
Date d'inscription : 18/06/2004

Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Ven 25 Aoû 2006 - 16:10

J'avais été le voir au musée d'Oslo avant qu'on ne le vole, mais je n'ai ps vu ça, mais je n'étais pas au courant non plus...
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par DreamSquare le Ven 25 Aoû 2006 - 16:14

A_Neferher a écrit:J'avais été le voir au musée d'Oslo avant qu'on ne le vole, mais je n'ai ps vu ça, mais je n'étais pas au courant non plus...


Apparemment c'est pas vraiment visible et "caché" dans les nuages.
avatar
DreamSquare
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 4568
Date d'inscription : 18/06/2004

Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Ven 25 Aoû 2006 - 16:45

Pas au courant. J'ai regardé différents sites en Norvégien, même Wikipédia, aucun n'aborde ce point. Seulement la phrase écrite par Munch dans son journal, qui décrit son inspiration.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par DreamSquare le Ven 25 Aoû 2006 - 17:34

Escaragol a écrit:Pas au courant. J'ai regardé différents sites en Norvégien, même Wikipédia, aucun n'aborde ce point. Seulement la phrase écrite par Munch dans son journal, qui décrit son inspiration.


Ok. Je vous parle de ça parce qu'il en est fait mention dans le film biographique de Munch.
avatar
DreamSquare
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 4568
Date d'inscription : 18/06/2004

Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Ven 25 Aoû 2006 - 21:15

J'ai lu beaucoup de choses sur la vie et l'oeuvre (passionnantes) de Munch, mais je n'ai jamais vu mention de cette histoire d'inscription.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Lun 2 Juil 2007 - 21:10

J'ai fait récemment un exposé sur le film de Peter Watkins consacré à Edvard Munch, un film que je vous conseille même s'il est long et lent...il décrit parfaitement le processus de création de ce génie et les soucis qu'il a eu dans la vie.

Il faut savoir qu'il existe de nombreuses versions du Cri et je ne sais plus exactement sur quelle version il a écrit ces paroles.

Il faut savoir que le travail de Munch n'a pas été très bien accueilli par la société puritaine de l'époque...un jour, un critique a dit de son travail qu'il n'avait pu être fait que par un fou donc il a écrit sur sa toile : n'a pu être fait que par un fou !!

Il faut savoir que Munch n'a pas eu une vie facile, il a lui-même été interné 2 fois et à failli mourir aussi 2 fois.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par DreamSquare le Lun 2 Juil 2007 - 21:24

Richter a écrit:J'ai fait récemment un exposé sur le film de Peter Watkins consacré à Edvard Munch, un film que je vous conseille même s'il est long et lent...il décrit parfaitement le processus de création de ce génie et les soucis qu'il a eu dans la vie.

Il faut savoir qu'il existe de nombreuses versions du Cri et je ne sais plus exactement sur quelle version il a écrit ces paroles.

Il faut savoir que le travail de Munch n'a pas été très bien accueilli par la société puritaine de l'époque...un jour, un critique a dit de son travail qu'il n'avait pu être fait que par un fou donc il a écrit sur sa toile : n'a pu être fait que par un fou !!

Il faut savoir que Munch n'a pas eu une vie facile, il a lui-même été interné 2 fois et à failli mourir aussi 2 fois.


En effet, ce film est très bon d'ailleurs. Mais le style très particulier de Peter Watkins le rend très peu accessible.
avatar
DreamSquare
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 4568
Date d'inscription : 18/06/2004

Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Lun 2 Juil 2007 - 23:16

Dans la revue artistique L'Oeil, de mai 2007, il y a un article sur Munch : une interview intéressante d'un commissaire de l'exposition qui a lieu jusqu'au 15 juillet 2007 à Bäle.



Il explique que l'oeuvre de Munch a été diffusée de son vivant, et qu'il ne faut donc pas le considérer uniquement comme un artiste maudit ou incompris.



Entre 1895 et 1910, Munch a fait 200 expositions ! il est alors l'artiste le plus exposé dans le monde.



On l'imagine en artiste nordique mélancolique, retranché dans son atelier. Mais en fait de solitude, il est partout, avec des méthodes de promotion presque agressives.

Il est le premier ambassadeur de son oeuvre, à la fois artiste et commissaire....



Ce sont quelques notes que j'avais prises à la lecture de l'article de cette revue, qui remet en effet un peu les pendules à l'heure, ou du moins apporte un autre éclairage sur Munch, sa vie, son oeuvre.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Jeu 27 Sep 2007 - 14:47

J'ajoute quelques petites références bibliographiques que j'avais notées dans la revue dont je parle plus haut, (j'avais juste manqué de temps pour les retranscrire ici) :



- Edvard Munch : catalogue de l'exposition de la Fondation Beyeler, 2007 (en anglais ou en allemand)



- Edvard Munch : film de Peter Watkins, Editions Doriane &
Co Errance, 2005. (3 H 11 mn) tourné dans une tonalité inspirée des toiles du maître, poignante et radicalement moderne.



- Edvard Munch. JP Hodin, Thames &
Hudson, 1991. Texte réédité en 2006 avec 168 reproductions. 215 pages, 15 euros. Une bonne synthèse.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par  le Dim 25 Nov 2007 - 17:08

Désolé pour le pavé !!



http://www.bruce-clarke.com/galerie/galleries/affiches/film_edvard_munch.jpg" alt="" />



Plan



Introduction



I-Aspects techniques du film en relation avec l’univers de Munch

1-Eclairage/lumière bleue

2-Aspect documentaire

3-Complexité de la narration



II-Quelques pistes pour « comprendre » Munch

1-Société puritaine et avant-garde

2-Maladie et mort

3-Sexualité (vision de la femme et du couple)



Conclusion



Introduction

Munch est un film de 3H30 réalisé en 1973 par Peter Watkins (réalisateur anglais engagé né en 1935), auteur de Culloden en 1964, La Bombe en 1966 (longtemps interdit en GB), Punishment Park en 1971 (toujours interdit aux Etats-Unis), La Commune en 2000.

Il s’agit ici d’une biographie subjective de la jeunesse du peintre norvégien aux prises avec la société puritaine (entre 1884 et 1896).

Il y a une grande affinité entre le réalisateur et l’artiste : il s’agit autant d’un film sur Munch qu’un film sur Watkins (tous les deux sont paranos, agressifs et hystériques, ont eu un souci avec les femmes et un conflit entre leur engagement et un ordre social répressif qui chercher à les cerner).

Edvard Munch est né en 1863 à Loten en Norvège. En 1880, il décide de devenir peintre. En 1885, il entre en contact avec le groupe anarchiste la Bohème de Hans Jaeger puis en Allemagne, dans les années 1890, il fréquente le cochon noir où il croise Strindberg.

Pendant cette période, plusieurs membres de sa famille sont morts de façon brutale, ce qui va le marquer à tout jamais.



I-Aspects techniques du film en relation avec l’univers de Munch



1-Eclairage/lumière bleue



Pour le tournage du film, l’équipe a utilisé du matériel destiné à un éclairage en intérieur pour des scènes d’extérieur et cela donne des tons bleutés, très adoucis et éloignés de la lumière d’Hollywood. Watkins a voulu se rapprocher le plus possible de la luminosité de l’intérieur des maisons d’Oslo au siècle dernier.

Ce détail est décisif car Munch accordait beaucoup d’importance à la couleur. D’ailleurs, il a eu une période « bleue » après 1889 lorsqu’il a fait un voyage en France. Il se référait au bleu comme à la couleur qui symbolisait la mort chez les Grecs anciens.

Pour les scènes d’intérieur, il y a un éclairage diffus avec l’utilisation de filtres pour renforcer cette luminosité d’antan.



http://www.dvdclassik.com/V2/img-critiques/Munch8.jpg" alt="" />



2-Aspect documentaire



Cette œuvre est faite de telle façon qu’on a l’impression d’être au milieu de vrais personnes et non d’acteurs. Ce côté est renforcé par le choix d’acteurs non professionnels. Le casting s’est fait sur photos et il existe une réelle ressemblance entre celui qui joue et son personnage, aussi bien au niveau du physique que de la psychologie. Par exemple, l’acteur qui joue Munch a eu de l’asthme et a pris des cours de dessin.

Les dialogues sont parfois improvisés : lors de moment de confidence, Watkins laissait une interprétation libre à ses acteurs. Le film étant tourné en norvégien et Watkins étant anglais, il ne savait pas exactement ce qui s’était dit.

Par ces côtés, le film semble détenir une certaine « vérité » et se rapproche des films d’auteur. L’utilisation du zoom donne une certaine nervosité. Le spectateur se trouve au milieu des acteurs qui en plus nous fixent du regard, ce qui donne deux impressions, un côté étrange comme si c’était nous qui étions regardés mais en même temps, cela renforce notre intégration à eux.



http://www.dvdclassik.com/V2/img-critiques/Munch5.jpg" alt="" />

Elle me fixe, je vous dis qu'elle me fixe !!



3-Complexité de la narration



La structure complexe et fragmentée de la narration est empruntée à Munch lui-même. Watkins a repris dans les journaux intimes du peintre ce style particulier. Il pouvait passer du passé au présent dans la même phrase et se donnait de nombreux surnoms (Karlemann, Brandt, Nansen), en employant il à la place de je. Il utilisait aussi plutôt des formules que de réelles phrases.

Un narrateur nous présente tout le long du film les personnages que l’on voit à l’écran et les grands évènements marquant de l’Europe. Par exemple la naissance d’Hitler…ce personnage a marqué autant Munch (ses œuvres sont considérées par les nazis comme étant dégénérées) que Watkins (il a beaucoup travaillé sur la seconde guerre mondiale).

Il y a peu de longs plans séquences qui nous montrent le peintre en train de travailler, ce qui diffère des autres films sur les peintres. Watkins insiste plus sur des petits détails et fait revenir certaines scènes plusieurs fois (telle la mort de la mère du peintre).



II- Quelques pistes pour « comprendre » Munch



1-Société puritaine et avant-garde

Le film comporte deux parties. Dans la première, Munch côtoie à partir de 1884 à Oslo (qui s’appelait Kristiania à l’époque le groupe anarchiste La Bohème qui est « dirigée » par l’écrivain Hans Jaeger. Puis dans la seconde période, il se rend souvent au Cochon noir qui se trouve à Berlin en Allemagne où il fait la connaissance du dramaturge suédois Strindberg.

Dans ces deux cercles d’avant-garde, on y parlait philosophie, psychologie (c’est le début des théories freudiennes) et surtout sexualité. Les femmes qui fréquentaient ces cercles étaient mal vues et on les prenait pour des putains.

La famille de Munch est une famille dans la moyenne de la société : son père est médecin et il souhaite donner à son fils une bonne éducation remplie de bonne morale.

Sous ces aspects puritains, cette société cultive en fait l’hypocrisie : la police organise la prostitution et le travail des enfants est courant.

Munch peint la bourgeoisie qui parade chaque jour pendant 1 heure sur le rue principale d’Oslo, la rue Karl Johan. Les critiques fusent et parle de l’œuvre de Munch comme d’une répugnance, d’une laideur absolue, mais c’est en même temps pour attaquer le groupe La Bohème dont les manières peu conventionnelles choquent les bons bourgeois.



http://www.bc.edu/bc_org/avp/cas/fnart/art/19th/munch/munch_jaeger1.jpg" alt="" />

Jaeger par Munch



http://www.forteantimes.com/images/front_picture_library_UK/dir_0/fortean_times_484_13.jpg" alt="" />

Strindberg par Munch



2- Maladie et mort

Le puritanisme, la mort, la maladie et la sexualité en général sont les grands sujets qui intéressent Munch. Concernant la maladie et la mort, la famille du peintre n’a pas été épargnée. En 1868, sa mère meurt de la tuberculose puis c’est le tour de sa sœur 9 ans après, toujours de la même maladie. Son père meurt en 1889, son frère en 1895 quelques mois après son mariage, son grand-père a fini fou. Une autre de ses sœurs a fini sa vie en clinique, lui-même a été interné en 1908 : il souffrait d’agoraphobie.

Il a aussi failli mourir par deux fois, d’abord en 1876 de tuberculose puis de froid en 1888 (il est tombé dans un lac gelé).

Une anecdote intéressante concernant son tableau le plus célèbre, le cri. Un critique de l’époque a dit que cette œuvre n’avait pu être faite que par un fou. Donc il a rajouté au crayon sur une des versions du cri la phrase « N’a pu être fait que par un fou ».

Il disait aussi : « Sans la peur et sans la maladie, ma vie serait comme un bateau sans rame ».



http://www.dvdclassik.com/V2/img-critiques/Munch5.jpg" alt="" />

Sa soeur ne semble pas aller très bien



3- Sexualité (vision de la femme et du couple)



Une femme a eu une grande importance dans la vie de Munch, c’est Mme Heiberg et le moment où ils ont rompu fût pour lui une période de dépression.

Concernant sa vision de la femme, on peut remarquer ses différentes versions de la Madone.

Il en existe 5 qui datent des années 1894-1895. C’est la vision qu’à un amant d’une femme pendant un rapport sexuel. Le cadre de certaines versions de ce tableau avec rempli de spermatozoïdes et d’embryon dessinés. Les spermatozoïdes symbolisent la vie mais par contre leur tête décharnée est plutôt un symbole de mort (Eros/Thanatos de Freud).

Cette femme est vue de différente façon. Elle est à la fois tentatrice et dévoreuse, elle est attirante mais on éprouve aussi de la répulsion. Elle est aussi vierge et innocente et on lui doit le respect telle la Vierge Marie. Enfin elle est donneuse de vie, c’est une mère qui s’est sacrifiée pour ses enfants. On éprouve pour elle de la compassion.

Strindberg explique à Munch qu’il serait horrifié de la rencontre de 2 spermes différents d’artistes dans une maîtresse commune et qu’il préférait même plutôt mourir que d’y penser. C’est pour cela qu’il a représenté des spermatozoïdes sur le cadre de certaines versions de la Madone.

Concernant le couple, sa vision n’est guère plus optimiste. Les couples sont représentés sans bouche ni yeux. Il a souvent représenté le couple Jagny Juell/Przybyszewski de cette façon. Il est devenu par la suite l’amant de Jagny Juell et a représenté Przybyszewski comme un être rempli de jalousie. Les couples sont vus comme incapables de communiquer.

Le baiser d’une femme n’est pas non plus à prendre comme un simple baiser mais plutôt comme l’étreinte d’un vampire. C’est la femme qui dévore l’homme.



http://malcontenta.blog.lemonde.fr/files/2007/07/edward-munch-expo-fondation-beyeler-bale-18-07-2007-009.1185140765.jpg" alt="" />

Munch et Mme Heiberg



http://lunanavis.blogspirit.com/images/medium_edward-munch-vampire--1893-190772.7.jpg" alt="" />

Le baiser de la femme vu comme l'étreinte d'un vampire



http://peternad.club.fr/peintres/images/munch09.jpg" alt="" />

Le thème des 3 femmes vu d'une autre façon, chasteté, lascivité et deuil



Conclusion



Munch est un film considéré comme étant une des meilleures œuvres jamais consacrées à l’acte créatif et à la peinture (Bergman a dit de ce film que c’était un travail de génie). Pourtant les œuvres de Watkins sont critiquées ou parfois interdites comme ce fût le cas pour celles de Munch.

En 1940, 80 œuvres de Munch figuraient au cœur de l’exposition l’art dégénéré lancée par les nazis.

Edvard Munch est mort en 1944 et a légué à Oslo 1000 toiles, 15 000 eaux-fortes, lithographies et gravures sur bois, 45 000 aquarelles/dessins et 6 sculptures.

Les préoccupations de son travail s’inscrivent parfaitement dans le symbolisme mais préfigurent aussi l’expressionnisme.



Bibliographie



Bischoff U, Munch, Taschen.



Messer T, Munch, La biblio des grands peintres, ed. Cercle d'art, 1985.



Selz J, Munch, Flammarion, 1990.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Edvard Munch Empty Re: Edvard Munch

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum