Roman PC

Aller en bas

Roman PC Empty Roman PC

Message par Baalberith le Mer 26 Oct 2005 - 18:29

Comme nous étions en train d'en discuter sur un autre topic, voici dans ce topic le projet de Roman PC où l'histoire est construite, progressivement, par certains membres de ce forum.

L'inscription est libre, mais réservée aux gradés de niveau 2 minimum (ceci afin d'assurer une certaine crédibilité dans la présence des auteurs et que le suivant à poster n'attende pas 10 ans!)...



concept du roman = postapocalyptique (conformément au sondage effectué)



participants =

1) Baalberith

2) Dreamsquare

3) Eilocnalem

4) ObsoleteDream

5) Adunakhor

6) Septon




règlement:

1) Respectez le concept et la trame d'ensemble ! Veillez à faire quelque chose de cohérent. Evitez donc de trop réguliers rebondissements

2) Il faut s'inscrire pour participer et on instaure donc un tour pour chacun. Veuillez donc, en vous inscrivant, êtes sûr de pouvoir y consacrer de l'attention et un certain minimum de temps (je pense au moins 20 min. sur deux jours). Soyez motivé et évitez de vous inscrire pour abandonner dans deux semaines!

3) Une bonne trentaine de lignes par personne maximum: respectez une bonne syntaxe et orthographe!

4) Veuillez, dans votre post, n'indiquez que votre texte, rien de plus! Ceci afin de donner une certaine fluidité de lecture...

5) Faîtes preuve d'un certain sens de l'originalité voire d'humour (par exemple en caricaturant des membres du forum): bref, faîtes en sorte qu'on ait envie de lire!

6) Pour finir, merci d'indiquer avant d'écrire votre texte, "Episode X"




Voilà, voilà, l'histoire peut débuter.



Pour raison de fluidité de lecture, ne seront autorisés dans ce topic que le post (à tour de rôle) de chaque participant au Roman. Tout autre post sera intégralement supprimé, quel qu'il soit!

Si vous voulez réagir sur ce qui se passe ici, rendez-vous à [url]http://www.postchrist.com/forumpc/viewtopic.php?p=50358#50358[/url]


Dernière édition par 2 le Jeu 25 Jan 2007 - 22:10, édité 6 fois
avatar
Baalberith
Princeps Romanorum
Princeps Romanorum

Messages : 6024
Date d'inscription : 30/03/2004

Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par Baalberith le Dim 12 Mar 2006 - 22:53

Introduction (pour présenter le décor et les personnages) :



2189, planète Terre.



Le froid règne en maître sur tous les continents, sur toutes les âmes et dans tous les cœurs. Dès le début du XXIe siècle, tous les scientifiques imaginaient un désert brûlant à la place des grandes plaines fertiles des latitudes tempérées, à cause du réchauffement climatique de l’ensemble de la planète, mais ce fut la glace qui fit son apparition. Elle trône aujourd'hui dans la moindre ville, sur le moindre petit pan de terre autrefois cultivé.

Horrible ironie du sort : nous sommes entourés d’eau, mais elle est devenue la ressource la plus recherchée, de telle sorte qu’elle fait l’objet de trafics et de malversations, de contrefaçons et qu’elle provoque la richesse de certains.

Le règne absolu de la glace et de la nuit !

Pourquoi ? Parce que le soleil a décliné subitement dès le début du XXe siècle, en quelques décennies, des millions d’années avant l’heure.

Pourquoi ? Nul ne le sait, mais la science est bien trop occupée à chercher des moyens d’améliorer la vie sur Terre pour en chercher la cause profonde. Aujourd’hui, on aperçoit à peine une petite boule lumineuse dans le ciel obscurci, une petite boule que l’on ne peine plus du tout à fixer, comme se le seraient interdits nos aïeuls. Certains accusent le « Grand Boum » (le conflit nucléaire mondial de 2098) d’en être la cause, même si le rapport avec le soleil est difficile à concevoir.



Deux Nations ont prospéré dès le milieu du XXe siècle : les Etats-Unis, grands vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale en 1945 et les Etats Arabes Fédérés (EAF), fondés en 2026 et regroupant tous les pays musulmans d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, s’appuyant sur la puissance religieuse musulmane et le pétrole (dont on trouva de nouvelles ressources dès 2021). L’affrontement devint inévitable avec les divergences économiques et idéologiques, religieuses, dès les années 2090. Dès les années 2030, les Etats-Unis s’appuyèrent sur l’ONU dont ils étaient devenus les seuls membres au Conseil de sécurité, provoquant la fin de l’appui européen.

En 2097, le Président des Etats-Unis déclara la cessation de toute activité commerciale avec les EAF et en février 2098, il organisa le blocus continental et maritime de tous ses membres, avec l’appui de quelques grandes puissances africaines qui prêtèrent leur territoire comme base d’appui militaire.

Le 6 juillet 2098 à 16h34, le Grand Shah (dirigeant des EAF) ordonna l’envoi immédiat de toutes les têtes nucléaires dont il disposait sur plusieurs cibles stratégiques : toutes les grandes villes américaines furent frappées et rayées de la carte, ainsi que les principales bases nucléaires et militaires. En représailles, les Etats-Unis qui avaient conservé un grand nombre de têtes nucléaires dans plusieurs bases africaines, frappèrent à leur tour les EAF et lancèrent leurs troupes à l’assaut des territoires musulmans.

La guerre dura près de quinze longues années et fit des millions de morts. Elle finit d’exterminer la grande majorité des peuples arabo-musulmans d’Afrique du Nord et du Proche-Orient, jusqu’au Pakistan. On ne fit pas de prisonnier. Dans cette guerre horrible, les autres Etats du monde, notamment l’Union Européenne, n’intervinrent pas. L’UE était de toute façon beaucoup trop occupée avec la montée de l’Islam et des populations arabo-musulmanes sur son propre terrain qui avait finalement provoqué la généralisation des tensions interethniques, notamment dans les villes. Elle était au bord de l’implosion à la fin des années 2080 et en 2087, l’UE fut dissoute, écartelée, incapable de faire régner l’ordre. Certaines villes firent sécession, la plupart des autres sombraient dans l’anarchie et les sociétés nationales étaient complètement désorganisées. L’ordre ne fut progressivement rétabli qu’avec la création en 2114 de l’Euroarabie, bien que les périphéries urbaines (comme partout), furent comme ailleurs oubliées.



Seule la haine animait encore les esprits des protagonistes de tous camps…



Ceux des Etats-uniens qui avaient survécu à la destruction nucléaire de leur pays fuirent en Amérique latine, notamment au Mexique, qui devient le pays le plus peuplé du monde dès le début du XXIIe siècle avec plus de 200 millions d’habitants.

Les survivants des EAF s’enfuirent en Europe, où leur puissance n’avait cessé de croître depuis les années 2010.

L’Afrique ne survécue pas à la guerre non plus et, principal terrain des affrontements avec le Proche-Orient, elle vit ses structures sociales et matérielles, ses populations, décimées par la guerre, les maladies et la famine…

Dans les années 2110, les Etats survivants s’unirent pour fonder de grandes confédérations, dans la peur qu’un nouveau conflit ne survienne. Se créèrent ainsi La Terre est divisée entre quatre grandes Confédérations Gouvernementales (CG) :

• la Confédération américaine. Elle est dirigée par un homme sans scrupule, intransigeant : Darken Face. Sa capitale est Mexico et la confédération est spécialisée dans la production de matières minières dont elle tire ses principaux revenus

• l’Euroarabie où le Seigneur Sven règne en maître dans sa capitale : Athènes. C’est une confédération religieuse et absolutiste, très hiérarchisée et organisée

• la Grande Asie, dont la capitale est Hong Kong et son dirigeant KonRig. Malgré une grande autorité, les régions sont assez rebelles et le pouvoir central possède des difficultés pour se faire respecter

• la puissante AVI à Singapour, dirigée par le mystérieux et machiavélique Dreamsquare, qui domine toute l’Océanie. Cette société est la plus ordonnée et la plus dense. Les hommes y vivent comme de véritables machines dont les moindres gestes sont épiés, contrôlés. Les Aquiens font régner la Loi dans le moindre quartier. Sauf l’Australie échappe à la règle. Il s’agit d’une véritable prison naturelle où les grands criminels mondiaux sont envoyés et où une société originale mais impitoyable s’y est développée…

Chaque ville est dirigée par un Crator, dépendant directement de la CG. Il possèdent tous les pouvoirs sur sa ville et dirige avec une équipe de conseillers et de spécialistes. Le plus souvent, il est à la botte de l’AVI.

AVI, ce nom seul fait trembler celui qui aspirerait encore à un rêve de liberté…



Le froid a transformé les mers en épaisses calottes de glace de plusieurs dizaines de mètres de profondeur, obligeant l’homme a plonger avec de grandes foreuses pour récupérer la moindre goutte d’eau qu’il doit alors bien souvent filtrer pour la rendre potable. Cette activité a échu à des grands groupes économiques et industriels qui se sont fédérés sous l’appellation AVI (Aquae Vitaeque Imperium) en septembre 2141. C’est l’AVI qui domine le monde, avec ses agents et ses filières installées sur toute la planète. La corruption est l’une de ses armes favorites et elle s’infiltre, depuis son siège de Singapour, au sein de tous les gouvernements du monde. Ses agents, les Aquiens, sont surnommés corbeaux par la plupart des gens en raison de leur grand manteau noir. Ils portent des grands chapeaux de la même couleur et une petite insigne, représentant quatre vagues superposées horizontalement, accrochée à leur col.

Ils sont les exécutants de l’AVI et veillent à ce que chacun respecte la Loi telle qu’elle dictée par les CG et telle que l’AVI l’a inspirée. Ils n’ont guère de sentiment, certainement pas la pitié ! Ce sont de redoutables guerriers surentraînés, spécialistes des armes blanches et des arts martiaux.

Les années 1940 ont connu la gestapo, le XXIIe siècle l’Aquavilla, siège des Aquiens, dont son chef Septon est réputé pour sa cruauté et sa rigueur. Parmi tous les Aquiens en mission à Naples, Nordrvagr est certainement le plus redouté…



Dans ce monde froid et obscur où toute vie animale et végétale a presque entièrement disparu, les seules villes qui ont réussi à maintenir une activité relativement importante sont celles des latitudes tropicales et subtropicales. Toute vie a définitivement disparu de la surface de la Terre au-delà de la latitude 45°, soit dans l’hémisphère Nord : une grande partie de l’Europe, tout le territoire appartenant autrefois à l’Union Soviétique et le Canada.

Dans cet enfer, les villes restent les seuls lieux anthropiques, le froid devenant bien trop imposant ailleurs.

Dans les milieux urbains, la vie se concentre généralement dans les centres et péricentres, laissant les périphéries aux mains de bandes armées où la loi et la paix n’ont plus le droit de citer. Seuls les AVI osent s’y aventurer, car ils ne craignent pas les armes à feu au contraire de beaucoup de policiers.

En effet, par le décret du 9 février 2116, les armes à feu et nucléaires sont proscrites de la planète. Toutes les CG se sont mises d’accord et ont voté à L’UP (l’Union Planétaire, remplaçant l’ONU détruite dans les attaques nucléaires et accusées d’incapacité, surtout après que les Etats-Unis l’ont asservie) la destruction de toutes les armes à feu sur Terre. Les arsenaux militaires ont été détruits, mais des réseaux, des armes, clandestins, existent encore et sont pourchassés par les agents gouvernementaux, notamment les Aquiens.

Il est interdit de posséder aujourd'hui une arme à feu, quelle qu’elle soit, mais les armes blanches sont tolérées et elles sont devenues les seules types d’armes courantes, de plus en plus performantes et sophistiquées, parfois bourrées d’électronique.



La peur règne car la peur s’est emparée des gouvernements mondiaux qui la transmettent et l’imposent à leurs peuples. L’AVI profite de cette peur et s’en sert comme ressource pour asseoir son pouvoir, alors que les CG, de plus en dépendantes, se retrouvent prises au piège sans pouvoir réagir.

Dans ce monde où la peur et l’ordre règne, où le chaos est un danger permanent, la religion joue un rôle prédominant, surtout en Euroarabie où l’Islam toute puissante est devenu religion officielle et où les lois islamiques, lorsqu’elles sont des facteurs de cohésion sociale (le port voile n’est pas spécialement respecté), sont devenues des préceptes de vie.

Dans la Confédération américaine, c’est le christianisme qui règne en maître, selon le même absolutisme…



La ville est devenue un espace réduit en superficie, mais dense et gagnant en verticalité. Il n’y règne que béton et acier, plastique et aluminium, dans les reflets de la lune ou des lumières artificielles. L’urbanisme est fonctionnel, sobre et simple, et les panneaux ioniques thermiques recouvrent ses immeubles et ses rues. Ils ont été crées afin de descendre au maximum l’influence du froid extérieur et consomme les deux tiers de l’énergie produite par les villes. Ils dégagent une forte chaleur qui se diffuse dans l’atmosphère urbaine, retenue par des capteurs au sommet des immeubles et dans les périphéries.

Les activités agricoles ont quasiment disparu, se bornant à quelques récoltes individuelles et des champs artificiels en sous-sol. La nourriture est en effet rare, très peu variée : on concentre la maximum de vitamines et de protéines dans des mets dépassant rarement la taille d’un poing fermé. Qu’est le goût d’un steak et d’une salade composée ? Cela fait bien longtemps que l’homme ne le sait plus…

Les gens sont craintifs, guère enclins à discuter, surtout avec les inconnus, se bornant à travailler dans les usines et les bureaux, puis rentrant dès l’heure venue dans leurs appartements, se calfeutrant et fermant la porte à double tour. Les loisirs, les spectacles, ne sont plus à l’ordre du jour : trop subversifs, trop dangereux. Les divertissements se font en solitaire, chez soi, devant la télé dominée par la propagande et l’ordinateur : Internet reste l’une des seules libertés encore palpable…

Les enfants vont à l’école, dès le matin et jusqu’au soir, suivant des formations très pratiques, concrètes, où les sciences, la religion officielle et les langues restent les seules matières enseignées et où les arts, la philosophie et les sciences humaines sont considérées comme inutiles ou trop subversives.



Il existe cependant vraisemblablement de l’activité en dehors des villes : des microsociétés rebelles, des mutants, peut-être autre chose encore ? Toujours est-il que les rumeurs courent et que des événements étranges surviennent régulièrement…



Tout le monde a peur du désordre, de la guerre, et pense que l’ordre strict est la seule solution. Le conformisme, l’unicité sont les outils des CG et les garants de l’Ordre : rien ne doit plus ressembler à soi-même que son voisin et chacun doit être le produit d’une société censée représenter la seule manière de survivre sur une planète aussi rude. Même les relations entre hommes et femmes sont oubliées et on recourt plus facilement à la procréation artificielle qu’à l’acte amoureux.

Tout le monde s’est résigné, sauf quelques réseaux, quelques mouvements plus ou moins marginalisés, qui s’organisent et qui essaient, dans l’utopie la plus complète, de trouver un (juste ?) milieu entre l’ordre total, répressif, des puissances publiques, et le chaos dont profitent les bandes armées urbaines (comme la bande à Deugmartre à Naples)…

C’est le cas d’un groupuscule français, les Postchrétiens (dont le nom est à lui seul un symbole), crée en février 2188 par un jeune homme surnommé Baalberith. Celui-ci s’est entouré d’un bras droit et redoutable guerrier, Necrowarrior, et d’une équipe de spécialistes dans divers domaines, afin de mener à bien ses activités, notamment ObsoleteDream dans le domaine de la communication et de l’informatique, Mormegil dans celui de l’infiltration et de l’espionnage, Cweorth comme spécialiste juridique et politique et quelques conseillers, dont le principal est Dark Knight. Il s’agit d’un véritable groupuscule polyvalent qui s’est délibérément orienté vers les domaines d’infiltration et de renseignement, dans le but de s’emparer du pouvoir à Naples.

On trouve également quelques équipes de chercheurs indépendantes qui, tout en cherchant la cause du déclin du soleil, aspire à une vie meilleure. Parmi eux citons le groupe GUUDRATH dirigé par Nykraft, à Naples.

Il existe aussi des groupes à forte orientation écologique comme le groupe napolitain GEMINY, de l’ancien mercenaire reconverti : Aguares. Ces groupes, souvent terroristes, prônent le retour au règne de la Nature et s’associent souvent aux groupes scientifiques dans leurs recherches.

Enfin, des groupes religieux, souvent armés, persuadés de détenir le secret de la Raison et refusant le modèle imposé par les CG. Parmi ceux-là, celui de l’Ordre Ancien de la grande prêtresse Psyell, est l’un des plus importants. Il possède des ramifications partout dans le monde et des missionnaires, parcourant les rues des villes. Naples n’y fait pas exception…

Ces groupes ont tendance à travailler en coopération, dans le secret.



Naples, 2189.

Le Crator au pouvoir est Nirnaeth et le chef de la police, Soertebeker. Il s’agit des deux principaux personnages officiels ayant la main mise sur la population napolitaine.

En ce mois de février 2189, la température frôle les -14°C, malgré la puissance des panneaux thermiques, et quelques passants arpentent les rues en direction de leur travail ou des magasins d’alimentation et de vêtements. A cette époque, c’est le carnaval, l’un des très rares rassemblements populaires autorisés (et solidement encadrés par la police) et sur lequel l’Islam ferme les yeux. Il ne dure qu’une simple soirée et c’est justement cette soirée qu’ont choisi les PostChrétiens pour agir…
avatar
Baalberith
Princeps Romanorum
Princeps Romanorum

Messages : 6024
Date d'inscription : 30/03/2004

Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par Baalberith le Mar 28 Mar 2006 - 16:30

Episode 1 :



17 février, 18h44



Mormegil se frottait les mains et leur souffla un peu d’air chaud, comme pour raviver les bons souvenirs d’une chambre chaude qu’il avait quittée depuis maintenant presque huit heures. Lui et ses compagnons avaient passé une partie de l’après-midi à échafauder un plan qui devait, selon le boss, leur permettre d’approcher suffisamment Soertebecker pour l’assassiner. Dark Knight devait prendre sa place au plus haut poste de sécurité de la ville et livrer ainsi l’âme du million et demi d’habitants à Baalberith. Et après…

Et après ? On verra bien. Songea Mormegil en scrutant le défilé du carnaval d’un œil attentif. L’urgence était d’en finir avec ce grand homme squelettique qui de toute façon ne rassurait personne.

Qui le regretterait ? Se dit Mormegil à lui-même. Cette question qui n’en était pas une, trahissait un besoin de se rassurer, de chasser l’angoisse et de rappeler un courage qui ne demandait qu’à fuir loin d’ici : loin du carnaval…

Dark Knight prétendait que cette manifestation de liesse populaire était le moment rêvé pour approcher au plus près le chef de la police et de le tuer d’un coup de felirde, cette petite sarbacane dont l’aiguille est mortelle et qui fait fureur dans les complots politiques depuis maintenant une bonne quinzaine d’années. Elle avait l’avantage de passer inaperçue aux différents détecteurs d’armes des forces de l’ordre, qui misait sur toujours plus d’électronique et de sophistication.

Soertebecker était un homme de terrain et s’il ne se mêlait pas facilement à la foule, il ne manquait jamais une occasion de se faire voir et d’observer le déroulement des opérations de police sur le terrain. Le carnaval, dont il désapprouvait jusqu’à sa conception, disons sa remise au goût du jour, était pour lui qu’un facteur subversif qui engendrait inévitablement chaque année des débordements. Sa canalisation était primordiale. Il avait donc mis sur le coup une bonne centaine de ses meilleurs hommes, qui encadrait le passage des dégénérés, terme dont qu’il qualifiait tous ceux qui avaient l’audace de s’y adonner. Il les imaginait comme une bande de pervertis dont le vice et la luxure avaient trouvé ici leur terrain de jeu favori. Et Soertebecker ne connaissait que trop bien leurs règles : celles qui se devait de le leur imposer !

Mormegil fit un signe à Nykraft qui s’était glissé, déguisé, dans le cortège, et dont il supervisait l’opération. Il s’agissait d’un ancien débauché de la bande à Deugmartre, très adroit, qui avait fini par rejoindre le groupe des PostChrétiens. C’était lui qui se débattait à présent tant bien que mal pour s’approcher le plus possible de l’aile gauche de la parade, plus près de sa proie. Autour de lui ce n’était que cris, musique et danses, dans une anarchie qui semblait défier les dieux même de la raison sociale.

Soertebecker était là, à moins de cinq mètres de lui. Il regardait, immobile, dans une direction toute contraire. Devant lui, quelques bras obstruaient l’avancée de Nykraft qui finit par s’arrêter. Le chef de la police fit un signe de la main à un inconnu au loin et acquiesça. Il allait partir et Nykraft eut le cœur qui accéléra. La foule, pressante, l’emportait comme une barque sur une tempête déchaînée et il devait tenter sa chance : après, Soertebecker serait hors de porté, et tout tomberait à l’eau. Il n’aurait qu’une seule chance !

Nykraft, gêné, tenta un tir de fortune. Il porte la courte sarbacane à la bouche et souffle d’un coup sec, au moment où il reçut une grande tape dans le dos…
avatar
Baalberith
Princeps Romanorum
Princeps Romanorum

Messages : 6024
Date d'inscription : 30/03/2004

Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par DreamSquare le Mer 19 Juil 2006 - 22:42

A l'instant même ou l'aiguille empoisonnée sortait de la sarbacane, Nykraft, stressé par la foule et sa mission, se retourna brusquement de peur d'être repéré, personne... Il aurait pourtant juré... "Une personne quelconque m'a certainement tapé par inadvertance" se rassura t-il. Tout en suivant le sens du cortège il se retourne vers sa cible qui semble être malheureusement toujours en vie, une occasion rêvée s'est encore envolée pour mettre à mal la domination de Soertebecker !

Mormegil, se rendit compte en direct de l'échec de son entreprise grâce à sa paire de jumelle, vestige d'une époque révolue, il décida de retrouver Nykraft dans l'une des nombreuses ruelles de Naples. Difficilement, le duo tente de communiquer, Mormegil ne voyant d'une bouillie de couleurs vives dans laquelle tente de répondre un Nykraft déguisé en Arlequin, classique mais toujours aussi efficace. Ils se mettent finalement d'accord pour se retrouver à l'endroit prévu en cas de réussite de la mission.

Nykraft tenta non sans mal de sortir du carnaval pour se diriger vers l'ouest de la ville, il se heurta à un barrage de police, il se retourna à nouveau l'air de rien mais une main le retînt, il se tourna alors vers les agents, a l'aide sa main gauche l'agent retira le masque de Nykraft, à peine surpris il lança :



"Nykraft, homme de main de Deugmartre... Cela fait quelques temps que nous vous cherchons ! Bizarre de vous trouver ici durant le carnaval, il n'est pas de votre habitude de traîner lors des festivités populaires."



"J'ai décidé de rentrer dans le rang et d'en finir avec le banditisme !"



"Je vois... Dommage que la police a en sa possession un document qui stipule le contraire, comme par exemple quelques infractions mineures la semaine passée...", d'un geste de la main il ordonna à ses hommes d'embarquer Nykraft pour ce qui constitura certainement sa plus longue nuit...



Dans le froid d'une ruelle étroite et peu accueillante Mormegil attend Nykraft en vain... 30 minutes plus tard il se résigne, il est temps de partir à sa recherche.
avatar
DreamSquare
Légat de légion
Légat de légion

Messages : 4568
Date d'inscription : 18/06/2004

Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par  le Mar 25 Juil 2006 - 16:08

Episode 3 :



Pendant ce temps, après avoir échangé quelques mots avec un officier rencontré, Soertebecker se dirigea vers un bâtiment dominant ce théâtre de sentiments encore trop humains. Froideur est le mot pouvant décrire le mieux sa perception des événements, passés comme récents. Et à venir. Tout comme ce froid perpétuel, messager d’un royaume de glaces gelant par-là même les ressentis des âmes de Naples, dissimulants leur mal-être derrière des rires trompeurs. Rien ne saurait ne saurait apporter un peu de chaleur en ce monde obscur. Rien ne pourra plus jamais faire tomber les masques. « Pas même cette flamme », pensa Soertebecker en craquant une allumette, afin de donner vie à une cigarette.



Dans l’édifice où il a pénétré, l’intéressé croisa non loin de l’entrée un groupement de policiers, dont deux empoignant fermement un jeune homme en costume d’Arlequin, dénué de masque. Mais il ne s’en intéressa guère, et emprunta une série interminable de marches en direction de sa chambre. Le bruit de ses pas était couvert par le bruit omniprésent du carnaval, témoin d’une foule toujours présente. Il eut d’ailleurs le temps d’achever sa cigarette avant d’atteindre le seuil de sa chambre, au sixième étage. Il le franchit…



… et se retrouva plongé dans le noir. Du moins, presque. Seule une vitre, menant au balcon, reflétait faiblement la lumière de la lune, tout comme celle du carnaval. Un ballet de couleurs dansait vaguement, tel les feux de l’enfer. Soertebecker appuya sur l’interrupteur, en vain. La lumière refusait de marcher. Avec un soupir, il s’approcha en direction d’un fauteuil et s’asseya. Comme toujours, une carafe d’alcool se dressait là, face à lui, sur une petite table en verre. « Mais pas avant une petite cigarette », songea-t-il. Il craqua une nouvelle allumette.



La lueur générée trahissait une présence inhabituelle. Un homme se tenait face à lui. Installé sur un fauteuil faisant face à Soertebecker, l’inconnu resta immobile, se contentant de croiser les bras. Le chef de la police eut un mouvement de recul. Il reconnut un être entièrement vêtu de noir, arborant un grand chapeau. Sur son col se dessinait un petit emblème représentant quatre vagues superposées horizontalement : un corbeau était présent dans sa chambre. Soertebecker ne manifestait ouvertement aucune crainte, puisque les agents de l’Avi travaillaient avec lui. Néanmoins, il se méfiait de ces individus.

- A qui ai-je l’honneur ? C’était Soertebecker qui engagea la conversation, tout en allumant une nouvelle cigarette.

L’inconnu se pencha un peu plus en direction de la flamme engendrée par l’allumette que tenait toujours le policier. Son visage était dissimulé derrière un masque de bois, lui conférant une expression impassible.

- Nordrvagr, lui répondit l’inconnu en toute simplicité.

- Nordrvagr en personne ? Et que faites-vous ici ?

En guise de réponse, Nordrvagr déposa quelque chose sur la table en verre. Soertebecker rapprocha la petite flamme qui vivait toujours, et reconnu une aiguille de sarbacane. A ce moment-là, il sut que les mots n’étaient pas nécessaires pour demander au corbeau d’expliquer la présence d’un tel objet, car il avait déjà compris. Il avait souvent travaillé avec lui par le passé, et ce n’était pas la première fois qu’il échappa à la mort grâce à lui. Sa cigarette consumée, le policier, toujours assis, versa dans un verre un peu d’alcool. Il en proposa à Nordrvagr qui refusa d’un geste. A la place, celui-ci se leva et fit face à la baie vitrée. Après avoir passé une minute à contempler le cortège, il prit la parole.

- Il risque d’y avoir quelques changements, ce soir. Quelques changements, indépendant des agissements des groupuscules terroristes.

Soertebecker ne comprit pas bien, à cause du masque en bois que portait le corbeau, atténuant sa voix. Il se leva, gardant à sa main son verre d’alcool.

- Pardon ?

Il se trouvait maintenant derrière l’Aquien. D’un mouvement brusque, ce dernier releva son long manteau, dégaina un sabre court et trancha à la diagonale son interlocuteur, surpris. Celui-ci lâcha son verre qui renversait son contenu sur le tapis, sans se briser. Il tituba. Avant de s’effondrer sur le sol, il tendit faiblement son bras vers le masque que portait son assaillant, qui ne bougea pas. Il le tira légèrement, mais guère suffisamment pour révéler sa véritable identité. Le policier s’écroula dans un bain de sang, ses gémissements couverts par le chant commencé du cortège proche d’une musique d’opéra, alternant voix aigus et graves, bercées par le rythme des tambours. Toujours dans la pénombre, l’inconnu s’accroupit, s’inclina et mis fin aux souffrances de sa victime, une fois sa lame transperçant la nuque de Soertebecker. C’est à ce moment-là que le masque tombe. Il se releva, se servit un verre d’alcool et se tourna vers le balcon dominant le cortège. Le chant se poursuivait, animé maintenant par des petits feux d’artifices, illuminant quelques instants les ruelles sombres de Naples. « Pathétiques pantins… », ne pouvait s’empêcher de penser le prétendu corbeau. Tout en buvant le contenu de son verre, il contempla la foule. Parmi toutes ces âmes, une d’entre elles marchait à pas soutenus, remontant le fil du cortège.



Mormegil cherchait désespérément Nykraft du regard. Pas de doute, il a dû être capturé. Il se tenait à présent face à une grande bâtisse, auquel il reconnut le lieu où résidaient les policiers. C’était certainement là que Nykraft devait se trouver actuellement. L’explosion d’un feu d’artifice éclaira en partie l’édifice. Une ombre située au balcon du sixième étage attira l’attention de Mormegil. Une seconde explosion, dans un jeu de lumières, embrasa le visage de celui qu’il contemplait. Souvenirs amers. Nostalgie. En l’espace de quelques secondes, Mormegil se remémora un passé qu’il aurait préféré oublier. Là-haut se trouvait cet homme. Celui qui les avait tous trahit. Celui qui était pourtant censé être mort, de sa propre main. Fish. Perché sur son balcon, Fish reconnu Mormegil, et lui adressa un sourire énigmatique. Mormegil regarda Fish. Fish regarda Mormegil. Et en cet instant, ce dernier eut le pressentiment que quelque chose de terrible allait arriver.
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par obsoletedream le Dim 10 Sep 2006 - 18:08

Episode 4



Naples…Putain de ville de rital. J’avais toujours détesté les bouffeurs de spaghetti et ce n’est pas avec les évènements récents que j’allais changer d’avis. Ville moche, habitants moches, raclures partout, par terre, sur les murs et à l’intérieur, et dans le ciel. Vraiment, si la révolution était sensée être belle certains risquaient d’être déçus. C’est à se demander comment un tel furoncle avait pu émerger à la surface de cette pourriture de terre sans que quelqu’un songe à le raser de la carte. Et ce carnaval, qui se tenait en ce moment même….était d’un ridicule achevé. Voir toutes ces abominations se déguiser pour essayer de cacher leur laideur était vraiment pitoyable.



Dépliant ses jambes apposées sur le bureau métallique devant lui, OD poussa un soupir. Il se demandait souvent se qu’il était allé faire dans cette galère. Lui qui préférait habituellement rester seul et ne penser qu’à lui comme l’égoïste qu’il était, s’était laissé convaincre par Baalberith, homme pourtant peu charismatique, d’aider le groupuscule des Postchrétiens dans leurs agissements absurdes. L’appât du gain, probablement. Ces idiots s’imaginaient sûrement qu’ils allaient prendre le pouvoir, comme des sauveurs en quelque sorte. Une pourriture en remplace une autre. OD n’avait pas confiance en eux, pas plus qu’en quiconque d’ailleurs. Il caressa doucement la surface du bureau, fraîche, douce, rassurante. Etaient posés dessus divers terminaux arborant des consoles colorées mais imbitables, ainsi qu’un groupe de terminaux de surveillance vidéo, et divers micros disséminés par les soins des amis espions du groupe Postchrétien dans des endroits réputés stratégiques.





Au moins je peux satisfaire mes perversions de mateur, c’est déjà ça. J’aurais du mettre des caméras dans des appartements de femmes, je me suis encore fait avoir. Je suis même étonné que Baalberith ne m’ait pas demandé expressément de le faire. Enfin, quand on a une révolution et de grands idéaux dans la tête, peut être qu’on ne bande plus.



OD fut sorti de ses grandes théories par un coup de fil sur la ligne d’urgence, qui résonna lugubrement dans l’abri souterrain converti en asile technologique. Il hésita à décrocher, sentant les ennuis poindre le bout de leur nez. « ‘Chier…» murmura-t-il avant de décrocher.



«

- 'A la taverne Napolitaine bonjour!' lança-t-il d’une voix guillerette.

- Ca va, laisse tomber les précautions d’usage, glapit Mormegil à l’autre bout du fil.

Il faut absolument que tu m’aides. Je suis à la recherche de Nykraft depuis une bonne heure maintenant. Je pense qu’il s’est fait capturer. Est-ce que tu pourrais regarder si tu as quelque chose là-dessus ?

- C’est pressé ? ironisa OD.

- Ferme là et dépêche-toi ! Préviens moi par la voie habituelle si tu as quelque chose. Mormegil raccrocha aussi sec.

»



OD émit un long soupir nonchalant. Il se prennent décidément trop au sérieux dans cette équipée. Et dire que Nykraft était peut être en train de crever dans une geôle humide et sale, attendant l’heure de son exécution. OD ressentirait presque de la compassion. Mais quand même pas, non, c’était vraiment trop ridicule comme situation, mourir pour ses idéaux, mourir pour ses idées, OD trouvait ça vraiment trop con. Il était probablement lâche mais il s’en foutait, et de son sous-sol informatisé il se tenait le plus à l’écart possible des conflits.

Il commença à visionner les vidéos de surveillance du centre des dernières heures. Encore une fois, il avait piqué son roupillon au mauvais moment semblait-il. Bon.



Des connards qui dansent…Des connards qui dansent….Des connards qui lancent des torches enflammées… Des connards qui dansent… Des connards obèses qui dansent…. Des connards qui dansent… Des connards qui dansent… Un connard qui danse avec une sarbacane… Des connards qui dansent… Des connards qui chopent un connard avec une sarbacane… Des connards qui dansent… Attends… ! Le connard avec la sarbacane, se pourrait il que… non, celui-là n’était vraiment pas discret, Nykraft nous a habitué à mieux… Par acquis de conscience qui l’étonna, OD recula la bande pour zoomer un peu cet évènement. Il vit alors l’arlequin se faire retirer son masque et reconnu immédiatement la tête ahurie de Nykraft.



Accélérant la vidéo comme s’il regardait un mauvais film et changeant de caméra pour suivre le mouvement de la bande qui entourait Nykraft, il vit le groupe remonter le centre ville et entrer prestement dans l’immense bâtiment dont les tours surplombaient la ville, qui servait de quartier général à la police et à son chef, Soertebeker. Le bâtiment avait une allure sinistre et OD n’osait imaginer quelles tortures devaient subir les prisonniers ayant le privilège d’être soumis à l’inquisition. Et si Nykraft parlait… OD préférait ne pas y penser.



Il semblait que la tentative d’attentat allait plutôt se transformer en mission commando pour aller délivrer Nykraft, à moins que l’on décide simplement de le laisser pourrir en prison. Sentant qu’une redéfinition des priorités s’imposait, OD décrocha le téléphone d’urgence et composa le numéro de Baalberith, sentant par avance qu’il allait (encore) se faire engueuler…
obsoletedream
obsoletedream
Directeur technique
Directeur technique

Messages : 1187
Date d'inscription : 22/04/2004

Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par  le Sam 13 Jan 2007 - 20:31

Episode 5



Loin de la civilisation , du moindre être humain , un petit campement était établi . Assis sur un tronc d’arbre se réchauffant avec du feu artificiel , un homme cogitait en se tenant contre un télescope qui semblait ancien . Il faisait nuit et très froid mais tout était calme et immobile . Enfin « il fait nuit » , c’est un bien grand mot , il fait nuit tout le temps . Sauf quand la Lune se lève , cet astre brille avec une grande intensité malgré le fait que le Soleil soit presque éteint . Un grand mystère que l’homme essaye de résoudre , parmi tant d’autres . Es ce le fait d’une civilisation extra-terrestre ou humaine ?

C’est à ce moment là , qu’un téléphone vibra . L’homme décrocha :

« Allo , vous êtes bien Adunakhor ? »

C’était une voix d’homme .

« Oui , c’est bien moi . Mais qui êtes vous et que vous voulez ? »

Les seuls à encore connaître la présence d’Adunakhor sur la surface de la Terre appartiennent au Temple des Mages Anciens , une « secte fantôme » dont seule la haute sphère des membres connaissait tout le monde ( c’était le cas d’Adunakhor ) .

« Je suis Baaberith , chef d’un mouvement de résistance français nommé Les Postchrétiens . J’ai besoin d’aide , mais pas officiellement . J’ai eu vent , après de longues recherches sur vous et les mystères qui vous entourent , que vous connaissiez NyKraft . Es ce bien vrai ? car .. »

«Vous me semblez bien renseigné sur mon compte . J’espère que vous ne partagez pas toutes vos connaissances car certaines risqueraient de mettre à mal certaines choses , vous concernant notamment . Pour répondre à votre question , oui , je connais NyKraft , comme vous le saviez déjà sans avoir à me demander de confirmer . Qu’attendez vous de moi ? »

Adunakhor connaissait déjà la réponse à sa question .

« J’aimerai que vous reveniez pour nous aider et sauver NyKraft . Je vous promet une importance somme d’argent pour compenser ! »

«Je ne suis pas homme à être acheté aussi vulgairement .Et puis , si NyKraft s’en est sorti jusqu’ici , il s’en sortira cette fois ci . Il a connu certains de mes enseignements , comme vous le savez sans doute . De plus , je connais votre situation et celle de la civilisation dont vous avez adhéré au système . Je ne pense pas vous être utile en quoique ce soit . Pour le moment en tout cas . Sur ce , je vous souhaite bonne nuit car j’ai des choses à faire qui ne peuvent attendre . Au revoir . »

Adunakhor raccrocha sec , il n’aimait pas ce type de dialogue , même s’il trouvait que la résistance Postchrétiennes avait du bon .

Il alla réveiller son équipe afin de poursuivre l’expédition vers l’arctique . Une mission recommandée par une personne haut placée dans le gouvernement du monde , en qui il avait confiance ( une des rare personne ) . Cette personne ne pouvait agir officiellement sans que l’on soit au courant alors il empruntait les voies de l’Underground pour passer ses messages ou alors il utilisait des procédés chimiques ou magiques . Donc toujours officieuses . Cette fois ci , il avait demandé à son ami d’aller vérifier la théorie de la Terre Creuse .



A plusieurs milliers de kilomètres de là , Baalberith restait figé en fixant son téléphone puis vociféra :

« Mais quel connard ! »

Il n’avait eu le temps de dire ce qu’il aurait voulu dire . Il s’est laissé abusé par le prestige de son interlocuteur . En tout cas , il avait une certitude , Adunakhor n’est pas un mythe mais une réalité . Il n’avait pas pu localisé l’appel malgré qu’il ait en sa possession plusieurs satellites et divers artefacts de très haute technologie .

A ce propos , Baalberith dirigeait une organisation puissante et plutôt méconnue ( Sauf par les hauts dignitaires du monde mais il ne portait aucun crédit aux post-chrétiens , « Post-Crétin » comme ils s’amusaient à en parler entre eux ( chose rare cependant ) ) . Il était lui-même sous estimé , peut être dû à son manque de charisme , mais , il savait tout de même diriger les gens .

Il partit du coin où il s’était isolé et retourna dans la Salle de Stratégie , l’endroit où se prenait les décisions dans le QG Post Chrétiens . Autour d’une table , on voyait OD , toujours l’air grincheux , Mormegil et Necrowarrior sans réel expression . Ils levèrent les yeux vers Baalberith , quand celui ci entra , comme s’ils attendaient une décision de sa part . Baalberith s’asseya , se servit un verre d’eau et le bus d’un trait puis dis d’une voix très basse :

« On va délivrer NyKraft nous même . Notre « fameuse » aide , c’était du flanc . Avec l’enquête menait par Mormegil et les indices qu’OD a identifié , nous pensons que notre homme se retrouve dans l’endroit des plus mal famé et qui est , selon nos indices , une véritable camps de torture à ciel ouvert . C’est un homme mi-robot , qui se nomme Angel of Death . Il dirige ce complexe d’extermination . Il est à la botte de tout ce qui a du pouvoir et qui peut lui promettre de grand bains de sang . NyKraft a été transféré en douce pendant la nuit par les agents gouvernementaux . J’ai aussi appris la mort Soertebecker donc nous avons affaire à notre plus grand ennemi maintenant . Mais nous ferons selon le plan établis tout à l’heure . Bonne chance à vous » .

Ils se levèrent tous .

C’est ainsi que débuta le mission de sauvetage de NyKraft .
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par  le Mar 19 Juin 2007 - 16:25

Episode 6 : Les dévoreurs de raison - partie 1



Ici tout n'est que ténèbres, tout n'est que douleur...

Le froid...la mort...

NyKraft ouvrit lentement les yeux.

Ses paupières étaient gonflée par les echymoses, rendant chaque battement de cil aussi pénible que les coups qu'il venait de recevoir.

Du sang coulait sur ses joues, plusieurs de se dents étaient cassées.

Jamais il n'avait autant souffert...

Mais comment pouvait-il résister face à des machines conçues pour faire naître la douleur?

Ces petits malin du service de redressement étaient vraiment doués...

Peu à peu, NyKraft repris conscience de son enveloppe physique.

Il retrouva le contrôle de ses mains, puis de ses jambes, même si chaque mouvement se révélait extrêmement douloureux.

Enfin, il trouva suffisament de force pour se lever, et explorer du regard la pièce exigue où il se trouvait.

C'était une jôle classique : pas de fenêtre, un faible halo blaffard provenant d'une ampoule fixée au dessus de la porte d'acier, seul obstacle entre lui et la possibilité d'une évasion.

Des traces griffues sur les murs et le sol témoignaient du passage de ses précédants locataires, comme si une soudaine frénésie ce fut emparée d'eux.

NyKraft pouvait presque entendre leurs suppliques face à leurs bourreaux, puis leurs hurlments d'effroi dans la torture.

Tant de condamnés avaient du y abandonner la raison pour la folie...

En proie au désèspoir, il se rallongea sur la planche lui tenant lieu de lit,

puis fut happés par les ténèbres...



* * *

"Réveille toi...j'ai quelque chose à te montrer..."

La voix, tel un murmure, semblait se rapprocher de NyKraft.

L'esprit encore embrumé par le sommeil leva les yeux vers le plafond : deux fentes sombres l'observaient, plus noires encore que l'obscurité reignant dans la pièce, dont une odeur de souffre se dégageait à présent.

"J'ai quelque chose à te montrer", répéta la voix.

Les ombres alentours s'épaissirent alors jusqu'à devenir opaques.

NyKraft était maintenant dans l' obscurité totale.

Il se raidit, tendant l'oreille, dans l'attente d'un nouveau signe.

C'est à peu près à ce moment qu'il commença à hurler.





* * *

La chute sembla durer des heures...jusqu'à ce que son corps se fracasse sur les rochers.

Cependant Nykraft se releva, titubant, pour découvrir une vaste futaie cernée de montagnes, sous un magnifique crépuscule.

Il écarquilla les yeux d'emerveillement : jamais pareil spectacle ne s'était offert à lui, la Terre étant à présent recouverte par les glaciers.

Pour la première fois de sa vie, il se sentit calme, en harmonie.

Lui qui n'avait connu que la morsure cruelle du froid depuis qu'il savait marcher, se retrouvait soudain dans un jardin à la slendeure biblique.

Etait-il en train de rêver?

Probablement.

Tout cela n'avait aucun sens...

D'abord la chose dans ça cellule, puis ce rêve...

Mais il ne céda pas à la panique et s'assis dans l'herbe, bien décidé à percer ce mystère.

Il avait entendu des rumeurs sur les dévoreurs de raison, ces créatures censées hanter les coursives du centre de redressement, capables de s'infilter dans l'esprit humain et de le mener sur les chemins de la folie avec une facilité déconcertante.

Nykraft n'y avait cependant jamais cru : c'était un homme d'action, aussi ne s'embarassait-il pas des vieilles légendes populaires.

Une fois de plus, le destin lui avait montré qu'il se trompait.

Etendu dans l'herbe, il réfléchit : que devait-il faire à présent?

L'instant d'après il se maudit de sa propre stupidité.

Son objectif était clair: sortir d'ici, à n'importe quel prix, sauf celui de son âme...
avatar


Revenir en haut Aller en bas

Roman PC Empty Re: Roman PC

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum